20 septembre 2011

Pompierre : les ânes du portail

Un magnifique portail roman se trouve à Pompierre. Outre les monstres stylophores qui encadrent le portail à la base, trois ânes se trouvent dans le tympan.

 

72_f_Pompierre__3_

Une ânesse et son ânon dans l'épisode de l'entre du Christ à Jérusalem

72_h_D_tail_Linteau_Pompierre

 

et un âne dans l'épisode de la fuite en Egypte.

72_m_IMG_2054

 

L'âne, animal de transport, s'est vu également paré d'une valeur particulière pusiqu'il est ici le transporteur de personnages particuliers : on le dit "psychopompe" (phsychée = âme; "pompe" = guide), soit le guide des âmes.

 

 

Posté par Cornebleue à 11:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 avril 2010

L'âne d'Argentan

Curiosit_Brave bête !


Dans l'église Saint Germain d''Argentan se trouve un curieux petit âne, sculpté sur un pilier. On dit qu'il s'y trouve en remerciement pour les services rendus lors de la construction de l'édifice.

_ne_Argentan
Le petit âne d'Argentan.
(c) Luce.

Posté par Cornebleue à 21:22 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
20 janvier 2010

Fable d'Esope : le cheval et l'âne

Droite_violetLe cheval et l'âne

"Un homme avait un cheval et un âne. Un jour qu’ils étaient en route, l’âne, pendant le trajet, dit au cheval : « Prends une partie de ma charge, si tu tiens à ma vie. » Le cheval fit la sourde oreille, et l’âne tomba, épuisé de fatigue, et mourut. Alors le maître chargea tout sur le cheval, même la peau de l’âne. Et le cheval dit en soupirant : « Ah ! je n’ai pas de chance ; que m’est-il arrivé là, hélas ! Pour n’avoir pas voulu me charger d’un léger fardeau, voilà que je porte tout, avec la peau en plus. »

Cette fable montre que, si les grands font cause commune avec les petits, les uns et les autres assureront ainsi leur vie."

Esope. Fables.

Fable_cheval__ne

Manuscrit BNF (côte Français 15213) XIVe siècle.

Posté par Cornebleue à 23:56 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 janvier 2010

La prose de l'âne

Droite_violetIl n'était pas rare au Moyen-âge de reconstituer des scènes bibliques avec des vraies personnes et ... l'âne. Scène de la Nativité, de l'entrée à Jérusalem...

Bête humble par excellence, il se devait d'être accueilli dans l'église plus que tout autre animal. Ces cérémonies joyeuses étaient très appréciées du peuple. On faisait parfois entrer l'âne recouvert d'un manteau dans l'église parce qu'un verset de saint Matthieu relate que les disciples de Christ amenèrent à lui l'ânesse et son ânon et les couvrir de vêtements. A cette occasion se chantait la famause "prose de l'äne".

La prose de l'âne de Pierre de Corbeil, archevêque de Sens, mort en 1222

L'âne est venu à nous, des contrées de l'Orient, il est beau, il est très fort, très apte à porter des fardeaux, Allez Sire Âne, allez

Cet âne élevé sous Ruben, sur les colline de Sichen, passa par le Jourdain et bondit jusqu'à Bethléem, Allez Sire Âne, allez

Son agilité surpasse celle des jeunes faons, des daims et des chevreuils, les dromadaires mandianites ne l'égalent pas en vitesse. Allez Sire Âne, allez

La force et les qualités de l'âne ont attiré en l'église l'or de l'Arabie avec l'encens et la myrrhe de Saba, Allez Sire Âne, allez

Quand il entraine son véhicule chargé d'un abondant bagage, il broie sa provende sous l'effort de sa dure mâchoire. Allez Sire Âne, allez

Il mange l'orge et épi ainqi que le chardon; il sépare sur l'air le grain d'avec la paille. Allez Sire Âne, allez

Dites Amen Ô âne. Déjà vous avez de l'herbe à satiétié. Amen et à nouveau amen ! rejeter au rebus tout le passé caduc : Allez Sire Âne, allez

Le sens de la prose de l'âne

Au delà des apparences, les médiévistes voient dans cette prose une allégorie dans laquelle le Christ Sauveur apparaît aux avertis : venu d'Orient, alerte et rapide messager du salut... séparant les élus d'avec les maudits (voire ci-dessus les passages en vert correspondants).

 

Lunettes_2La fête de l'âne sur Cosmovision

Fête de lâne gris à Digne les Bains

Posté par Cornebleue à 12:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
10 janvier 2010

Une arme redoutable : la mâchoire d'âne

Droite_violetÉtrange coïncidence ou interprétation des traductions

On trouve dans le livre des Juges (XV, 14-20), l'histoire de Samson, juge d'Israël, qui se défendit contre une armée de philistins (mille dit-on). Il les tua ou les mit en fuite grâce à une arme qui trainait sur le sol de Léchi où se déroula la bataille. Cette arme était une mâchoire d'âne... et il se trouve justement que Léchi en hébreux signifie .. mâchoire.

Guido Reni. Le triomphe de Samson. 1611-12
Huile sur toile. Pinacoteca Nazionale, Bologna

29_samsoo_d_tail

Voir le tableau entier sur WGA.

Une source jaillit de la mâchoire. En effet après la bataille, Samson assoiffé demandé de l'aide à Dieu qui fit jaillir de l'eau d'une cavité (maktesh en hébreux) de Léchi, qui fut interprété comme une alvéole dentaire de la mâchoire dans la vulgate...

Lunettes_2Source : Le bestiaire du Christ. Louis Charbonneau-Lassay. Première édition 1941. Chapitre 28 : VII. La mâchoire d'âne dont Samson se fit une arme.

Posté par Cornebleue à 11:35 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2010

Libre arbitre, responsabilité, et droit de l'animal

Droite_violetLe libre arbitre

L'âne de Buridan n'a certainement jamais existé. Jean Buridan, professeur de logique et philosophie du langage et recteur de l'Université de Paris vers le milieu du XIVe siècle, a utilisé l'animal pour illustrer le problème du choix et les conséquences d'un non choix.
En effet, il expliqua comment un âne assoiffé et affamé, placé entre un seau d'eau et un picotin d'avoine, ne sachant choisir entre les deux, se laisserait mourir.
Le fait d'avoir utilisé l'âne pour illustrer ces propos n'est pas anodin : l'animal a souffert en effet depuis l'Antiquité d'une mauvaise image : on le dit entêté et stupide notamment.

Buridan évoque ainsi le libre arbitre de l'animal. Aristote également s'était posé la question de la raison de l'animal. Au Moyen-âge, on s'interroge aussi sur l'existence de l'âme chez l'animal...

La responsabilité

Si l'animal est capable de choisir, de raisonner alors, il est responsable de ses actes ; il est en conséquence fréquent au Moyen Âge de poursuivre un animal en juste, de l'amener à son jugement, de le condamner pour nuisances, voire de l'excommunier.Les cochons infanticides, les taureaux homicides voire des chevaux étaient condamnés à mort, pendus par les pattes arrières, parfois affublés d'un costume d'homme. Quand l'animal ne pouvait être nommément assigné en justice, on excommuniait toute une communauté, ainsi rats, souris, sauterelles, autres nuisibles de petite tailles étaient priés de partir dans un lieu où il sne nuieraient point.

Les droits des animaux

Certains procès faisaient intervenir des avocats pour animaux : Chasseneux se fit l'avocat des rats et l'on du refaire le procès car il démontra que le délais accordé aux animaux excomuniés pour quitter les loeux n'étaient pas raisonnables étant donné entre autres, que de nombreux chats leur barraient le chemin.

Les procès ont duré du XII au XVIe siècle. On opposa ensuite à cette pratique que l'animal n'agissait ni ne nuisait pas par sa volonté mais plus par instinct.

D'uen autre manière, actuellement, le philosophe Peter Singer, en prônant l'égalité entre toutes les espèces vivantes, relance le débat sur les droits des animaux.

Lunettes_2

Site sur le procès des animaux au Moyen Âge

Procès faits jadis aux animaux, Emile Agnel Curiosités judiciaires et historiques du Moyen-âge, 1858)

Catherine Chêne, Juger les vers. Exorcismes et procès d'animaux dans le diocèse de Lausanne (XVe-XVIe s.) Bozóky Edina Médiévales, 1998, Volume, 17, Numéro 34, pp. 145-14. Compte-rendu en ligne sur Persée

Posté par Cornebleue à 15:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
08 janvier 2010

L'âne de Buridan

D_tenteMis à toutes les sauces !

Posté par Cornebleue à 21:03 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
06 janvier 2010

L’âne tombé au fond d’un puits

Clin_d_oeil

Blog_ane_d_or

Un grand merci à l'auteur du blog de L'âne d'or  qui nous fait le plaisir de partager avec nous ce poème qu'elle a écrit il y a quelques mois pour son blog. Je vous laisse apprécier !


L’âne tombé au fond d’un puits

Un âne en trébuchant tomba au fond d’un puits.

L’animal appelait au secours à grands cris.

« Diable, se dit l’ânier en se grattant la tête.

Comment de ce faux pas faire sortir ma bête ? »

Ayant pesé le pour et le contre et le mieux,

Il se dit que son âne était déjà bien vieux,

Et le sauver n’était d’utilité aucune ;

Quant au puits, il était tari depuis des lunes.

Il pouvait de son âne en faire le tombeau

En comblant ce grand trou qui ne donnait plus d’eau.

A ses voisins il va demander assistance

Et les voilà du trou à combler la béance.

Au début de se voir ensevelir vivant,

L’âne horrifié se mit à pousser des hi-han

Plaintifs et déchirants à vous tirer des larmes.

Mais bientôt on cessa d’entendre ses alarmes.

L’animal paraissait avec sérénité

Affronter ce cruel destin immérité.

L’ânier que torturer nullement ne dérange,

S’avisa et s’émut de ce silence étrange.

« Mes chers amis, dit-il, l’animal est-il mort ?

Ou bien s’est-il déjà résigné à son sort ? »

Les voici intrigués penchés sur la margelle :

Ils constatent que l’âne à chaque coup de pelle

Avait en s’ébrouant la terre rejeté ;

Le fonds du puits s’était peu à peu élevé,

Dont l’animal avait entrepris l’escalade.

« Mes amis, dit l’ânier, si son corps est malade,

Martin a conservé sa jeunesse d’esprit.

Voyez comme il sait bien faire aller sa cervelle,

Profitant du fardeau qui sur lui s’amoncelle.

En nous jouant ici ce tour à sa façon,

Cet astucieux nous donne une grande leçon

D’opiniâtre courage mêlé d’intelligence,

Qualités qu’il montra toute son existence.

Nous lui fûmes cruels, bêtes que nous étions,

Et c’est lui à la fin qui nous dame le pion.

Pour que tant de vertus aient leur juste salaire,

Il nous faut de ce trou achever de l’extraire. »

Tous en tombent d’accord. Ils crachent dans leurs mains,

Reprennent leurs outils et s’activent si bien

Qu’ils tirent de son trou sans autre catastrophe,

Poudreux mais rescapé, notre âne philosophe,

Qui va incontinent brouter l’herbe du pré

Sans crainte désormais, le puits étant bouché.

 

L’homme se croit un ange et il n’est qu’une bête,

Cruelle bien souvent. Il veut être à la tête

Des êtres animés, mais le roseau pensant

N’est point celui qu’il croit et je lui vois souvent

Coiffer un bonnet d’âne, dont les grandes oreilles

Ne servent même pas à chasser les abeilles.

_____________________________

D'après un conte recueilli sur le blog
Belles histoires, pensées et poèmes
http://belleshistoires.zeblog.com/208565-histoire-d-39-un-ane-et-d-39-un-puit/

Posté par Cornebleue à 22:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le roman de Fauvel

Droite_violetEncore une fois, c'est l'âne qui représente dans ce roman satirique, le personnage le plus méprisable qui soit. En effet, il agit en ayant bu dans la coupe de la fausseté, interdit à quiconque d'aider les pauvres, se déguise en pèlerin tonsuré pour en pas payer ses dettes, incite un ouvrier à la paresse, et conseille à ses enfants tous les vices possibles.
Ce roman était une critique, à peine dissimulée, du roi de France Philippe IV le Bel et son conseiller, Enguerrand de Marign. L'auteur était un haut fonctionnaire de la cour : Gervais de Bus.

Hommage rendu à Fauvel. Manuscrit BNF. XIVe siècle. Maître de Fauvel.

Hommage_rendu___Fauvel_blog

Pour le consulter dans Mandragore, tapez dans Côte Manuscrits "Français 146"

Droite_violetFeuilleter un manuscrit du roman de Fauvel de la BNF.

Posté par Cornebleue à 18:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
05 janvier 2010

Que d'ânes, que d'ânes

Clin_d_oeilA tous ceux qui veulent se documenter davantage sur l'âne, rendez-vous sur le blog "l'âne d'or" .

Bonne lecture !

Posté par Cornebleue à 23:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :