22 août 2009

Une mouche qui dérange

D_tenteAu milieu du XIXe siècle, Charles Ernest Clerget réalisa une estampe imitant des motifs de grottesques antiques. Mais, il y introduisit deux éléments perturbateurs qui transforment le motif décoratif en une planche narrative : deux insectes viennent en effet casser la symétrie et l'harmonie de la composition et animer les protagonistes de manières différentes et symboliques.

A vous de les trouver (cliquez sur l'image pour l'agrandir). 

Mouche_grottesque

Lunettes_2Si vous donnez votre langue au chat, voici la réponse dans l'article "La grottesque et la mouche" de Marie-Hélène Calivignac. Revue de l'art, 1992, Volume 95, N°1. En ligne sur Persée.

Posté par Cornebleue à 11:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 août 2009

La mouche

Droite_violet..."dans" ou "sur" le tableau

Plusieurs études (citées ci-dessous) ont porté sur les représentations des mouches dans l'art. L'animal n'est pas d'un aspect esthétique suffisant pour être représenté par lui même (comme le papillon par exemple), ni ne nécessite un support intéressant (comme la puce, prétexte à représenter un corps, souvent de femme, nu). Pourquoi alors représenter une mouche ?
Dans un premier temps, la mouche fut représentée simplement posée sur le tableau, comme un trompe l'œil, preuve de la virtuosité du peintre pour représenter le réel. Une célèbre anecdote de Vasari relate que Giotto avait un jour peint une mouche sur le nez d'un personnage réalisé par son maître Cimabue, et que celui-ci en la voyant a fait de grands gestes pour la chasser.
Cette astuce nous rappelle que l'espace pictural est un espace virtuel et que "peindre", c'est "feindre" la réalité. Ainsi la mouche pouvait ne pas avoir des proportions normales par rapport au sujet peint mais être de taille normale dans l'espace du spectateur. En voici deux exemples, avec une mouche démesurée sur un crâne dans un tableau de Matteo di Giovanni et une autre qui semble posée sur le rebord d'un tableau de Petrus Christus représentant un moine chartreux.Petrus_christus_carthusi

Mystical_crucifixion_1450_

 

Matteo di Giovanni. Cricifixion. 45.5 x 38 cm
University Art Museum, Princeton
Source : Aiwaz.net

Petrus Christus. Portrait d'un moine charteux

vers 1446. H/B. 29 x 22 cm. MET? New York


Puis petit à petit la mouche fut intégrée au sujet, comme dans ce tableau de Crivelli où la Vierge regarde l'insecte. La mouche trop grande pour l'espace de la Vierge fait donc le lien entre le réel et l'espace peint.

Mouche_crivelli

Crivelli. Vierge à l'enfant. vers 1480. Tempera sur bois, 49 x 34 cm, Victoria and Albert Museum, Londres. Source photo : WGA

L'insecte apparaît alors également dans l'espace pictural, dans les natures mortes et sur des crânes symbolisant le temps qui passe et la mort.

Mouche_vanitas

Barthel Bruyn. Vanité. Oil on wood, 61 x 51 cm
Rijksmuseum Kröller-Müller, Otterlo

Lien : Le site de Sroka

Lunettes_2 La mouche dans les arts picturaux. Jean-Marie Doby. In Annales de la société d'entomologie Française, 1999. N°35. Supplément. pp. 560-565

Musca depicta. André Chastel. Milan, Franco Maria Ricci, 1984. Éd. française, Musca depicta, Paris, F.M.R., 1994.

Posté par Cornebleue à 19:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
20 août 2009

Une mouche sur un tableau

Avant de vous présenter quelques réflexions sur la représentation de la mouche dans les tableau, je vous soumets ces deux peintures, qui comporte chacune une représentation de mouche mais bien différente, voyez-vous en quoi ? Mouche_Protrait_de_femme

Mouche_ma_tre_de_Frankfurt

Maître de Francfort. Détail du portrait de l'artiste et son épouse.
1476. H/B. Anvers Musée Ryal des Beaux Arts.

Anonyme. Portrait de femme de la famille Hofer.
Vers 1470. H/B. National Galery Londres.

Posté par Cornebleue à 21:52 - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,