03 mars 2010

Etymologie : Cerf volant

Curiosit_Le cerf volant quand il ne s'agit pas de l'animal emblématique du roi Charles VI (en voir une représentation) ne s'apparente pas au cerf ... mais au serpent ! Voir la définition par l'académie française.

Mais c'est aussi un coléoptère...

05_dCerf_volant

Crédit photo : Wolfpix

Posté par Cornebleue à 21:32 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

21 décembre 2009

L'ennemi du serpent

Droite_violetLe cerf selon les auteurs antiques

Selon les naturalistes et poètes antiques, le cerf est par excellence l’ennemi du serpent. Quand un cerf découvre un serpent, il crache de l’eau dans le trou où se cache le reptile pour l’en faire sortir, ou le pousse dehors par son souffle, et le piétine à mort dès qu'il sort de son trou.

Si un cerf est malade ou vieux, il fait sortir un serpent de son trou et l’avale, il trouve ensuite un point d’eau et en boit une grande quantité pour vaincre le poison et se trouve alors rajeuni ou guéri.

Cette croyance viendrait d’une transposition de cervidés (chevreuil odorant ou cerf musqué) qui, selon Boissier*, en Asie centrale étaient de véritables tueurs de serpents. Repris par les premiers théologiens, cette histoire a été transposée au cerf en général qui est devenu l'emblème du Christ qui piétine le démon sous forme de serpent.

M_dieval_ennemi_des_serpent

Bestiaire de Philippe de Thaon, Provenance Grande Bretagne. vers 1300

Lunettes_2Voir l'Histoire Natruelle de Pline l'Ancien, Livre 8 (aller au Paragraphe L, 8)

* Boissier "les cerfs mangeurs de serpents", in Revue Archéologique, 4e série, Tome IX, 1907, p. 224

Posté par Cornebleue à 00:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 décembre 2009

Une croix dans les bois

Droite_violetL'apparition du cerf/Christ à saint Eustache

Alors que Placide, commandant sous l'empereur Trajan, chassait, il vit au milieu d'un troupeau de cerfs, un cerf de grande taille qu'il se promit de tuer. Tandis qu'il le poursuivait l'animal s'arrêta et se tourna vers lui. Dans ses bois, saint Eustache vit le croix du Christ et il entendit l'animal s'adresser à lui ainsi : "Placide, pourquoi me persécutes-tu? C'est par bonté pour toi que je t'apparais sur cet animal. Je suis le Christ que tu honores sans le savoir : tes aumônes ont monté devant moi, et voilà pourquoi je suis venu; c'est pour te chasser moi-même par le moyen de ce cerf que tu courais."

Alors Placide se fit baptiser ainsi que sa femme et ses enfants et ce fut le début de supplices qu'il devait endurer pour prouver sa foi...

Saint_eustache_Pisanell_vision

La vision de saint Eustache de Pisanello.

Vers 1440. Tempera sur bois, 55 x 65 cm
National Gallery, Londres

Lunettes_2Lire l'intégralité de l'histoire de saint Eustache dans la Légende Dorée de Jacques de Voragine.

Lire la légende de Saint Julien l'hospitalier de Flaubert.

Posté par Cornebleue à 18:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 octobre 2009

Actéon

Droite_violetLa colère d'une déesse surprise sans voile

Les métamorphoses d'Ovide ont été depuis l'Antiquité une source d'inspiration pour les peintres, sculpteurs de scènes mythologiques. En effet, ce poète latin du temps d'Auguste nous a livré une multitude d'histoires (231) allant de la création du monde jusqu'au règne d'Auguste, et passant par les incontournables métamorphoses des Dieux et des hommes, en fleurs, animaux...

En voici une... assez cruelle...

La déesse des forêts, Diane, avait coutume après les fatigues de la chasse de venir baigner son corps virginal dans l'eau limpide d'une source. Accompagnée de ses nymphes qui lui retirent flèches et carquois, lui délacent ses sandales, recueillent sur leurs bras son vêtement, Diane se baignait, nue, à l'abri du regard des hommes. Hélas pour lui, Actéon, un jeune chasseur passa un jour par là à ce moment de détente pour la déesse. Le visage de Diane surprise sans voile pris les couleurs des nuages frappés de face par les rayons du soleil.


24_diana
Giuseppe CESARI (dit Le Cavalier d'Arpin). Diane et Actéon, 1603-06
Huile sur cuivre, 50 x 69 cm, Museum of Fine Arts, Budapest
(Source : WGA)

Diane (reconnaissable à son croissant de lune ornant ses cheveux ) ne put supporter cet affront et mit au défi Actéon d'aller raconter qu'il l'avait vue sans voile. La déesse venait de lui jeter de l'eau au visage et, par ce geste, un sort terrible : le jeune chasseur déjà se transformait en cerf... sous les yeux de ses propres chiens. Actéon voulut leur dire "c'est moi Actéon votre maître" mais il ne sortit de sa gueule que des gémissements. Ce fut seulement lorsqu'il perdit la vie par d'innombrables morsures, que, dit-on, la colère de la déesse au carquois fut apaisée.

25_actaeoo

Lécythe à fond blanc, provenant d'Attique, vers 480-470 av. J.-C. Actéon dévoré par ses chiens. Musée national archéologique d'Athènes (source : Wikipedia)

Lunettes_2Voir le texte complet : Les métamorphoses d'Ovide, Livre III, vers 138 - 253.

Posté par Cornebleue à 00:01 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
19 août 2009

L'ouïe du cerf

Droite_violetAllégorie d'un sens

Le cerf est doté d'une ouïe particulièrement fine et à ce titre il est devenu un symbole de ce sens. Dans son ouvrage Iconologia (recueil d'allégories paru en 1593), Cesare Ripa reprit cette idée et conseillait de le faire figurer dans les représentations allégoriques de l'ouïe.

Voici trois exemples où l'animal apparaît symboliquement pour sa fine oreille (cliquez sur les images pour voir le tableau dans son intégralité et un commentaire en anglais sur le site WGA) :

Cerf_Brueghel

Détail. Le sens de l'ouïe, Brueghel l'Ancien, 1618, H/T, 65 x 107 cm, Museo del Prado, Madrid


Cerf_Lippi

Allégorie de la musique ou Erato, Filippino Lippi, vers 1500, Tempera/bois, 61 x 51 cm, Staatliche Museen, Berlin

Cerf_Titien

 Venus avec un organiste et Cupidon, Le Titien, 1548, H/T, 148 x 217 cm, Museo del Prado, Madrid

Lunettes_2Pour consulter les illustrations des allégories décrites par Cesare Ripa, voir cet intéressant site (en italien et anglais)

Posté par Cornebleue à 13:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
07 août 2009

La symbolique du cerf

Droite_violetUn dossier intéressant sur ce thème est mis en ligne par la Bnf ! Cliquer ici.

La symbolique du cerf dans l'ouvrage "Attributs et symboles dans l'Art profane" de Guy de Tervarent :

Posté par Cornebleue à 21:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 août 2009

Des chevaux grimés

Droite_violet Les cerfs, des guides pour les âmes des populations de l'Altaï 

Le site de Pazyryk constitue un témoignage archéologique très important pour les civilisations antiques des steppes et des montagnes de l'Altaï (pour localiser la zone, cliquez ici). En effet, le permafrost (sol gelé de manière permanente) a permis de conserver dans ses kourganes (tombes) un grande quantité d'objets qui dans un autre environnement n'auraient pas pu être conservés. Parmi ceux-ci, cet étrange masque pour cheval décoré des bois de cerfs.

Bois_de_cerf_masque_pazyryk

Masque de cheval avec décor de bois de cerfs.
Musée de l'Ermitage Saint Petersbourg. Provenance Pazyryk. IIIe siècle avant J.-C.
Voir la photo et de nombreuses autres de Pazyryk sur le site (en anglais) : Les musées de la route de la soie

Pourquoi mettre dans une tombe un masque destiné à transformer un cheval en cerf ?

-> Les chevaux étaient indispensables pour des populations semi-nomades de l'Altaï. Ils n'étaient donc pas rares. Ceci explique en partie leur présence dans les tombes.
Pour comprendre leur déguisement, il faut se rendre un peu à l'est, en Mongolie., au Ier millénaire avant J.-C. On y trouve en effet une série de pierres dressées recouvertes de motifs gravés récurrents.
En bas, des armes (symbolisant la vie terrestre), en haut un cercle (symbolisant un astre, le ciel) et au milieu des cerfs au bois magnifiquement stylisés s'enroulant dans un mouvement ascendant autour de la pierre. Ce sont eux qui permettent le passage de la vie terrestre à la vie céleste : ce sont donc des animaux psychopompes (guide des âmes) et vénérés à ce titre.

Pierre___cerfs

Illustration extraite du site de Jérôme Magail

On comprend alors pourquoi les chevaux étaient affublés de bois sculptés et placés dans les tombes des populations de l'Altaï.
Lunettes_2Pour plus d'informations : voir le riche site de Jérôme Magail.

Site de l'Unesco : Nouvelle publication sur les tombes gelées des montagnes dorées de l'Altaï

Site du Musée d'anthropologie préhistorique de Monaco : expédition en Mongolie

Article : Tsatsiin Ereg, site majeur du début du Ier millénaire en Mongolie, in Bulletin du musée d'anthropologie préhistorique de Monaco. N° 48. Année 2008. pp 107-120

Posté par Cornebleue à 23:23 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,